Dépollution : TPS et OGD ont choisi la technique de « désorption thermique » à Ivry sur Seine

baseUrbain 3 [Récupéré]

C’est dans le cadre d’une opération de réhabilitation d’une friche industrielle située à Ivry-sur-Seine  en petite couronne parisienne que les sociétés TPS Technologies et OGD pour le compte de la Société Total SA propriétaire du terrain, ont coordonné et exécuté la globalité des prestations de dépollution et de remise en état d’un terrain. C’est la technique dite de « désorption thermique » qui a été choisi pour dépolluer cette surface. La désorption thermique est « la » technique de référence pour le traitement des sols pollués par les composés organiques notamment les plus lourds. Cette technique garantit un taux d’abattement proche de 100% et offre un processus de traitement assez rapide. Cela sans générer ni pollution, ni nuisance olfactive ou sonore. Le principe est simple il faut chauffer le sol par l’intermédiaire d’une mini-chaudière (15 kW) à l’aide d’un brûleur qui est alimenté en continue en propane et en hydrocarbures récupérés. Cette chaleur est injectée directement dans un tube en acier enfoui profondément dans le sol pour une déperdition calorifique minimale. Un boitier informatique placé à chaque tête de puit gère le brûleur, il est relié via une connexion Wi-Fi au poste de contrôle ce qui permet au technicien du site de suivre à distance la température du sol et sa progression, sa pression ainsi que la teneur en polluant des vapeurs récupérées. Une dalle en béton délimite la zone à dépolluer et permet d’assurer l’isolation du sol en optimisant le processus de chauffage. Les cannes chauffantes sont implantées à intervalles réguliers (la profondeur et le nombre sont définis selon les propriétés de chaque site). Tant que le sol reste chargé en eau, la température se maintient autour de 100°C. Le but est de déshydrater le sol pour que les particules polluantes puissent y circuler et remonter. Celles-ci (généralement du mazout de chauffage dû à des cuves enterrées qui ont fuit) commencent leurs migrations à partir d’une température autour des 300ºC, elles circulent dans les pores du sol complètement déshydraté. Elles sont aspirées par des cannes d’extraction. C’est ainsi que les polluants sont récupérés. Ils sont réinjectées dans le brûleur en circuit fermé pour alimenter la combustion et générer des économies de carburant. En sortie le processus créé donc zéro émission et zéro déchets. Une fois le carré dépollué on répète l’opération autant qu’il est nécessaire en fonction de la surface à dépolluer. Auparavant, les terrains contaminés étaient excavés et la terre polluée était acheminée par camions vers une usine de désorption. Aujourd’hui on peut grâce à cette technique dépolluer in situ. C’est dans les années 30 aux États-Unis que cette technique a vu le jour. Les exploitants de forages pétroliers chauffaient, en effet, le sol en y enfonçant une résistance électrique. Le but était de rendre le brut plus fluide pour en pomper davantage.

Client final: Total SA
Agence: Analogue
Support: Echange
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s