Les centrales photovoltaïques 4/4

baseUrbain 3 [Récupéré]

Il faut savoir qu’une partie seulement de l’énergie du soleil peut être directement convertie en électricité par des capteurs : c’est l’énergie photovoltaïque. Quand elles reçoivent une certaine quantité de lumière, les surfaces photovoltaïques (cellules ou films minces) intégrées dans un module produisent de l’électricité sous forme de courant continu. Ces capteurs plans (modules solaires) sont composés de matériau semi-conducteur assurant cette conversion. Ces modules sont reliés entre eux et constituent le système photovoltaïque, appelé centrale pour les capacités de production importantes. Dans le cas où l’énergie produite est stockée, un régulateur gère la charge et la décharge du parc de batteries. L’utilisation à la tension du réseau habituelle est possible grâce à un onduleur qui convertit le courant continu produit (et éventuellement stocké) par la centrale, en courant alternatif, réclamé par les utilisations courantes ou par l’injection au réseau. Pour une capacité de 30 MWc, il faut environ 300 000 m2 de panneaux solaires. Soumis aux rayonnements du soleil (ultra-violets, infrarouge…) et aux intempéries, les matériaux des panneaux solaires se dégradent peu à peu. Les principaux fabricants garantissent une baisse de puissance maximale de l’ordre de 20 % sur 20 ou 25 ans. A l’heure actuelle, la technologie du photovoltaïque est dominé par l’utilisation du silicium mais face aux coûts de fabrication et aux difficultés d’approvisionnement en silicium pur les sociétés leaders sur ce marché vont opter de plus en plus pour des solutions sans silicium. Nous verrons apparaitre de plus en plus des cellules de 2e et 3e génération. L’objectif étant la baisse des coûts et la hausse du rendement, pour l’instant celui-ci ne dépasse pas 25%. La visée à moyen terme est de garantir un rendement énergétique autour de 40% ce qui favoriserait le développement des centrales photovoltaïques à grande échelle. Les cellules de 2e génération (films minces) prennent chaque année une part croissante du marché, mettant en avant leurs avantages spécifiques. Le futur c’est la 3 e génération de cellules. Ce sont des cellules organiques, hybrides, « quantum dots »… Leur fonctionnement repose notamment sur la conversion de l’énergie solaire en énergie chimique, via des polymères ou des molécules organiques. D’autre dispositifs basés sur la physique quantique et les nanotechnologies sont également en plein essor dans les laboratoires. Ce dernier tableau clôt la série sur l’énergie solaire et ses principaux systèmes de productions. L’enjeu du futur étant aussi le stockage de l’énergie ce qui nous permettra d’avoir une autonomie plus grande encore vis à vis des énergies fossiles que nous devons tôt ou tard nous résoudre à laisser derrière nous, mais sous le soleil ne brûlons pas les étapes…

Client final: TOTAL R&D
Agence: Analogue
Support: Connexions/web&print

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s